Interventions Ecoles Saffré Nozay Marsac Jans

Balade Bourg de Jans

1 Patrimoine Jans

2 Patrimoine Jans

3 Patrimoine Jans

4 Patrimoine Jans

5 Patrimoine Jans

Balade Bourg de Marsac/Don

1 Patrimoine Marsac

2 Patrimoine Marsac

3 Patrimoine Marsac

4 Patrimoine Marsac

5 Patrimoine Marsac

6 Patrimoine Marsac

Balade Saffré Bourg

1 Patrimoine Saffré

2 Patrimoine Saffré

3 Patrimoine Saffré

4 Patrimoine Saffré

5 Patrimoine Saffré

6 Patrimoine Saffré

Balade Nozay Bourg

1 Nozay bourg

2 Nozay bourg

3 Nozay bourg

4 Nozay bourg

5 Nozay bourg

6 Nozay bourg

PEPITES44 est intervenue dans les écoles de Nozay, Marsac/Don, Jans et Saffré et vous trouverez à suivre le Patrimoine visible au cours des balades effectuées avec les classes dans les bourgs correspondant et les cartes du jeu "Magie de la Pierre bleue".

Un conseil : Cliquer sur les pages suivantes (en bas de page) et les consulter en mode Plein-écran

N'hésitez-pas à revenir à l'index!

Synthèse Balade du bourg de Jans 

1 Eglise St Julien St Dulcien

L'église paroissiale est construite dans l'enclos paroissial entre la vieille église romane coté cure et la chapelle de la Vierge (coté café actuel). Elle abrite dans la chapelle des fonds baptismaux, trois statues anciennes provenant de la Chapelle du Trépas : St Mathieu, Saint Barthélémy et Saint Mathurin.

3 Croix

La croix Pétra se trouvait à l’origine au carrefour de plusieurs sentiers et chemins, au lieu-dit de la «Croix Pétrais». En 1946, elle fût rapatriée  dans le village de la Longueville, pour pouvoir être bénie lors des rogations

4 Calvaire de Mission

Construit lors de la mission de 1895, le calvaire de mission est restauré à l’occasion de celle de 1947. Les missions, sauf en cas de guerre, avaient lieu tous les dix ans au cours desquelles étaient données des conférences et des prédications. Une grande cérémonie clôturait la mission.

5 Logis du bourg (Romefort)

Le Logis Romefort, situé près de l’église, est, sans doute, érigé par Maitre Pierre Martin, époux, en 1630, de Honorable Femme Benoiste Morel.

6 Châteaux et Manoirs

En 1427, la petite seigneurie de la Musse appartient à Jean Gauchelaye, écuyer. Louis Marie Anne Le Maignan (1775 - 1840) devient seigneur de La Musse en 1809. Chef chouan de la région de Derval, contraint de se cacher, il serait rentré chez lui dans un tonneau, dans la voiture de son meunier

7 Maisons de Caractère

Aux Thénaudais, un élément d’encadrement de porte du XVe siècle, est peut-être un remploi du manoir des Thénaudais. La  Ténaudais est une terre et juridiction de Haute Justice de Jans qui appartient en 1450 à Gilles Provost.

8 Ponts sur le Don

En 1787, L’Assemblée s’est réunie pour décider de la reconstruction du Pont de Jans et fixer la taxation  de chacun des propriétaires utilisant le passage pour se rendre à leur domicile ou au moulin. Le Pont a été reconstruit quelques années après cette date.

9 Moulins sur le Don

Le Moulin du Pont serait le troisième construit à cet emplacement. Un canal de dérivation y amène l’eau. En 1945, le moulin est équipé d’un moteur électrique intervenant en complément de la force hydraulique. Le moulin cesse son activité en 1975

10 Barrage des Thénaudais

Le barrage des Thénaudais est lié à la création du moulin du Pont de Jans, il trouve son origine au moyen-âge. Il dépendait du manoir des Thénaudais situé sur la même rive

12 Fours à Pain, Puits, ...

Les fours à pain ont malheureusement été pour beaucoup délaissés ou détruits depuis de nombreuses décennies. Les pierres utilisées dans la maçonnerie sont celles disponibles localement.

13 Hangars, Grange, Palis

Pour les Hangars, des palis de taille plus moins importante servent alors  pour habiller les murs. Les plus grand palis (longs de plusieurs mètres) servent également de piliers pour soutenir la charpente.

14 Le Don (rivière)

Le Don traverse le nord de la Loire-Atlantique sur une longueur de 90 km. Il prend sa source dans une commune du Maine-et-Loire et  rejoint la Vilaine à hauteur des Marais de Murin sur la commune de Massérac, encore en Loire-Atlantique, mais en limite de l’Ille-et-Vilaine.

15 Végétation des berges du Don

Ce territoire, traversé par l’Isac et le Don (ces cours d’eau créant des zones humides), bénéficie d’une flore très diversifiée. Le long du Don, poussent nénuphars, lentilles d’eau, roseaux.

16 Île du Gué

L' île du Gué (sur le Don) est un endroit calme et reposant dans le bourg de la commune de Jans sur la rivière du Don, affluent de la Vilaine en rive gauche.

17 Relief de la commune

La commune est située dans le bassin du Don. Elle est arrosée par le Don et par ses deux gros affluents, le Cosne, à droite, et le Paradel ou Ruisseau de Sauzignac, à gauche. Celui-ci forme, avec une partie du Don, la limite sud de la commune avec Nozay

20 Colonie de Grands Murins

L'église de Jans abrite, en période de reproduction, une colonie de Grands Murins, espèce animale protégée. Fragiles et menacées, certaines de ces colonies de mise bas ont connu des déclins importants . La colonie de Jans est passée de 150 individus dans les années 1990 à 50 en 2012

18 Monument aux morts

En 1914, Jans compte 1716 habitants. Sur 450 hommes partis à la guerre, 74 y laissent leur vie, soit 16,5%. La Seconde Guerre Mondiale fait neuf morts parmi lesquels le soldat Jean Glémaux.

 

 


Synthèse Balade du bourg de Marsac 

1 Eglise St Martin

Une première église est construite à Marsac au XIe siècle par les moines bénédictins du prieuré. Agrandie en 1694, elle est démolie et remplacée par cette église de style néogothique, consacrée le 18 décembre 1877.

Le clocher est ajouté seulement en 1931.

24 Eglise St Martin (mobilier)

Mobilier à voir : Une statue de vierge à l’enfant, en bois,  du XVIe siècle, caractéristique de la Renaissance, deux angelots de facture classique de part et d’autre du retable du maître-autel, et un  bas-relief en albâtre de l’autel représentant les pères évangélistes avec leurs manuscrits.

2 Croix remarquables

Jean Baptiste Supiot, dans son ouvrage « Marsac, Marsacais, Marsacaise que c’est ? » publié en 1988,  recense 35 croix et calvaires sur Marsac-sur-Don. Cette croix pattée en schiste bleu est située dans le cimetière.

3 Calvaire de la Riallais

Ce Calvaire contraste avec le style des  autres croix de la commune. Acheté dans le Finistère, il  est remonté sur l’ancien Domaine de La Riallais. Les personnages correspondent aux règles traditionnelles de la sculpture finistérienne. (Vierge aux mains jointes et au visage tourné vers son fils).

4 Château (Riallais)

Le Château de la Riallais est construit au début du XXe siècle, vers 1910,  dans le  style baroque.  à proximité d'un ancien manoir daté de 1425. Jadis propriété de la famille Leroux, il reste aujourd’hui dans la famille Bardoul.

5 Logis de bourg

Certains bâtiments de la place centrale du bourg témoignent de l’existence passée de l’ancien prieuré. Près de la pharmacie, la cour du couvent du Prieuré, occupait l’emplacement de la place actuelle. La demeure à tour carrée, date, pour une part, du  XIIe siècle,  elle accostait la porte du couvent.

6 Manoirs de campagne

La gentilhommière de Tréveleuc possède un corps de bâtiment du XVe siècle la tour serait même antérieure. Elle abrite un grand escalier en schiste, monté en spirale et est coiffée d’une charpente en forme de roue

7 Maisons de Caractère

La demeure du Martray  est postérieure aux logis du bourg, elle s’ouvre par une porte surmontée d’un fronton triangulaire italianisant, témoignage du remploi de pierres pour les ouvertures provenant de manoirs des  XVe au XVIe siècles.

10 Moulin sur le Don

Des moulins qui occupaient la vallée du Don, le moulin du Don est le plus ancien et le mieux conservé. Il produisait toutes sortes de farines et moulait les céréales destinées à l’alimentation des animaux.

12 Carrières de schiste

Plusieurs carrières sont exploitées à Marsac du XVIIIe siècle au milieu du XXe siècle. Le schiste extrait était surtout destiné aux vignerons  pour des piquets de vigne  et aux ostréiculteurs pour des collecteurs d’huîtres.

13 Fours à Pain, Puits, ...

60 à 70 fours étaient disséminés sur Marsac: Tous, plus ou moins constitués d’une voûte arrondie en brique de terre cuite, coiffée d’un toit d’ardoise. L’usage du puits s’est éteint après 1950, avec l’installation de l’eau courante.

14 Hangars, Grange, Palis

Certaines granges étaient constituées d’un mélange d’argile séchée et de paille, reposant sur quelques pierres, ou bien soutenues, sur des « palis », , grandes dalles de schiste ardoisier plantées dans le sol et supportant une charpente légère, avec un toit végétal remplacé aujourd’hui par des tôles.

16 Le Don (rivière)

Le Don traverse le nord de la Loire-Atlantique sur une longueur de 90 km.

Il  s'est parfois frayé un chemin au milieu des schistes ardoisiers, créant une vallée sauvage et escarpée, plus en aval vers Guémené-Penfao.

17 Flore et Faune des Berges Don

Un peu en aval, la vallée du Don est une zone présentant des milieux variés abritant une flore et une faune riche et diversifiée comprenant en particulier de nombreuses espèces végétales et animales d'intérêt patrimonial.

On y observe notamment la fritillaire pintade, la Bergeronnette des ruisseaux le Martin-pêcheur d'Europe et même la loutre d’Europe.

18 Relief de la commune

La commune est un territoire mouvementé, en grande partie, dans le bassin du Don, sauf une petite lisière dans le bassin de l’Isac sur la crête du plateau de Nozay-Abbaretz. On y trouve des points de vue remarquables, notamment à la Mérais.

19 Prieuré St Martin

En l’an 888, un prieuré fut fondé à Marsac par Alain-le-Grand, Roi de Bretagne. Son second fils ayant été très gravement malade, il pria les moines de l’abbaye St Sauveur de Redon, de demander à Dieu sa guérison.

Son fils guéri, le roi donna Marsac et Massérac à cette abbaye. Le Prieuré, à l’arrivée des moines, fut construit là où s’élève le bourg actuel.

20 Fundus de Marcius

Marsac-sur-Don vient de l'anthroponyme latin Marcius. Après la conquête romaine, le hameau devient le siège du fundus de Marcius, influent préfet romain.

Marsac s’appela primitivement Marcicum le fundus, c’est-à-dire le domaine de Marcius.

21 Légende de St Martin

Selon une légende locale, Saint Martin serait passé dans le bourg en 390 et y aurait fondé un monastère. L’évangélisation des lieux se poursuivit par la suite et une chapelle de bois, dédiée à Saint Léger, évêque d’Autun, est construite dans un vallon à quelques centaines de mètres du bourg actuel.

22 Outils silex poli

Anciennement implantés sur ce site, les premiers habitants de Marsac, y ont laissé quelques outils de silex poli que l’on a retrouvés, enfouis dans les jardins. À la Bellinais, M. Etienne a eu la chance de récupérer, dans ses champs, des outils en silex poli (haches), ainsi qu’une pierre à meuler

23 Enclos quadrangulaires

Les enclos quadrangulaires emboîtés du Verger à Marsac-sur-Don s’étendent sur moins d’un hectare, dont seulement 40% ont fait l’objet d’une fouille.

Le mobilier provenant du comblement de l’enclos externe est datable du début de la Tène D1 (150 – 100 av. J.-C.). Ce dernier comporte un nombre numériquement élevé d’amphores vinaires de transition.

Ce type de mobilier rare sur les sites d’occupation ruraux pourrait laisser suggérer l’hypothèse d’une activité cultuelle..

 

Eléments du patrimoine : Balade Bourg de Saffré

         1        Église St Pierre et Paul .

Trop petite, et malgré des aménagements au cours des siècles, l’ancienne église, construite en 1662, fut rasée en 1854.         La construction de ce nouvel édifice, de style néo-gothique, s’est étalée sur vingt ans (1854-1874). Les trois curés qui ont œuvré à la réalisation de l’église sont représentés sur les trois vitraux du Chœur.

2 Croix remarquables

Plus de 60 croix sont dénombrées sur la commune. La plupart sont en pierre de Nozay. Certaines ont été érigées à la suite d’un voeu, souvent pour perpétrer le souvenir des familles qui les ont fait élever. Dans les christs sculptés sur les croix bretonnes, on rencontre des images extraordinaires et déconcertantes.

3 Mairie (ancien presbytère)

Abrité par une toiture à la Mansard, ce bâtiment possède cinq fenêtres ouvrant sur des combles à la puissante charpente.Les dépendances ont été transformées en salles pour les associations. Le Séquoia du Presbytère de Saffré, avec une sculpture comme témoignage, aurait été planté à la même époque que celui de Puceul.

4 Logis de bourg (Montnoël)

Des tuiles romaines, des fondations, découvertes au début du XXe siècle, laissent à penser qu’à l’époque gallo-romaine une villa rustica se dresse à cet emplacement. Plus ancienne que le pavillon central, avec la date de 1583, la tourelle garde un aspect féodal et possède meurtrières et arquebusades.

5 Château de Saffré

Au XVe siècle, les d’Avaugour, descendants des Ducs de Bretagne, sont les propriétaires du Château de Saffré.Ils sont immensément riches et en vue à la Cour de Bretagne, puis à la cour de Louis XII . Anne de Bretagne est la cousine des d’Avaugour, À l’emplacement du château actuel se dresse alors un véritable château-fort..

6 Auditoire de justice

1544 est l'époque de la construction de l'Auditoire de Justice par les d'Avaugour. René d'Avaugour deviendra protestant et représentera souvent la Bretagne aux Etats généraux. Entre 1566 et 1572, les pasteurs et plusieurs familles de Nantes , mais aussi des églises voisines se sont réfugiés à Blain. Utilisé comme lieu de culte, on se réunissait aussi, bien souvent, dans l’auditoire de Saffré.

7 Anciens Fours à Chaux

L’exploitation de la chaux fut l’objet d’une industrie considérable à Saffré, dès le XVIe siècle. La chaux était encore exploitée à Saffré au début du XIXe et une vingtaine de fours à chaux fonctionnaient encore.Ils étaient construits en pierre et briques. En 1860, abandonné, celui de la Chutenais était à peu près intact, .

8 Nappe Phréatique

Une nappe phréatique est exploitée depuis le milieu des années 50 dans le bassin tertiaire de Saffré, aujourd’hui à proximité du lieu-dit la Chutenaie, au moyen de deux forages de 120 m de profondeur capables de fournir un débit instantané de 250 m3/h. La station alimente en eau une trentaine de communes du nord du département.

9 Gouffre Vallée de l’Isac

Le Gouffre de la Chutenaie était situé  à quelques centaines de mètres au sud de la ferme du même nom. L’eau arrivait presque jusqu’au bord, elle était si limpide qu’on apercevait le fond, jusqu’à une distance de cinq à six mètres.La forme du fond était celle d’un entonnoir et le diamètre était d’environ quarante mètres. Le cours de la rivière, rectifié, passe au travers du gouffre et l’a colmaté.

10 Fontaine St Pierre

Alcide Leroux, en 1921 a décrit la fontaine … L’eau se dirigeait vers l’est et pénétrait au moyen d’une vanne dans un lavoir de 12 mètres de côté situé en aval, pavé avec des dalles de schiste.

 

La Fontaine Saint-Pierre fut pendant longtemps l’objet de processions ou de pèlerinages plus ou moins fréquentés …

11  L’Isac (Rivière)

L'Isac est un affluent de la Vilaine, de 78.7 km de long, traversant 2 départements et 11 communes. Son cours est en grande partie emprunté par le Canal de Nantes à Brest. Il prend sa source à 45 m d’altitude sur la commune d’Abbaretz et se déverse dans la Vilaine 79 km plus loin à Théhillac, face à la ville de Rieux dans le Morbihan.

12 Le Frêne de Saffré

Arbre remarquable de Loire-Atlantique, vénérable centenaire, on aurait dû me trouver dans une haie, au bord d’une rivière et non dans le parc du château où je trône encore aujourd’hui… Mes feuilles, reconnues pour leurs vertus anti-inflammatoires et diurétiques ont pu servir à faire retomber la fièvre ou à soulager les rhumatismes.

13 Orchidées des Perrières

 Cette zone calcaire est une Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique. La gestion de ce site protégé est assurée par « Bretagne Vivante », association régionale de protection de la nature en Bretagne. L'intérêt du site réside principalement en la présence actuelle ou passée de 12 orchidées dont 3 sont rares à l'échelle du département de Loire-Atlantique et 3 assez rares.

14 Dial de Saffré

Renée de Plouer, dame de Kergrois, a vécu dans la seconde moitié du XVIe siècle. Le peu que nous savons d’elle provient d'une seule source: le Dial de Saffré, un livre de compte de la seigneurie de Saffré (1570-1631). Le manuscrit abonde en renseignements sur la bibliothèque du château, les réceptions des châtelains, l’éducation de leurs enfants, la valeur des terres et de leurs produits, les foires du pays et son commerce, les événements politiques de l’époque …

 

15 Inscriptions du Château

À  l’automne 2014, à l’occasion de travaux destinés à installer une médiathèque dans le château de Saffré, sont révélées de curieuses inscriptions en écriture gothique. Il s’agirait de textes bibliques, des psaumes et proverbes « transcrits d’anciennes versions protestantes ». Le fameux Dial de Saffré, en conserve la trace .

16 Objets néolithiques

Un fermier a découvert 3 objets néolithiques aux environs du gouffre de la Chutenais, au XIXe siècle. Le premier  est une hache en pierre polie de très petite dimension, très dure, au grain fin. Le second est une hache beaucoup plus rugueuse et plus commune. Le troisième objet est un outil ou une arme en forme de lame ou grattoir, en silex taillé, de couleur brune presque translucide.  Les côtés sont très coupants, réguliers et à peine ébréchés.

17 Vestiges Gallo-romains

Au lieu-dit La Fuie, à 80 m du château, à 50 m de la rivière Isac, fût découverte une petite nécropole de la première moitié du IVe s après JC.A. Leroux en 1874 a recueilli dans plusieurs fosses, une quarantaine de vases, dont une quinzaine en verre, des clous en fer. Sur des dessins publiés en 1875 par A. Leroux, P. Galliou a reconnu, en 1978, la petite coupe de couleur vert-clair comme une coupe datée des années 300 à 375.

18 Les Mares du Château

En lien avec la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux), une zone humide et de prairies à proximité immédiate du château a été remise en valeur dans les années 2000, notamment dans un objectif de préservation de la biodiversité. Autour d’un réseau de mares de taille et de profondeur différentes, ce lieu de balade et d’intérêt écologique (espèces protégées, tant pour la faune que la flore) et paysager (sentier de promenade, théâtre de verdure) vaut le détour.


Nozay : Eléments du patrimoine : Synthèse Balade 1 et 2 

N° 1 : La croix du marché   :

La croix du Marché est la seule croix de Nozay en granit. Nozay possède une quarantaine de croix, 30 sont en schiste.

N° 5 : Mairie   :   

Reconstruite en 1852 en schiste et Tuffeau, cette mairie remplace un ensemble de bâtiments abritant autrefois la mairie, les halles et la prison.

N° 6 : Grand Monarque  :        La tradition rapporte qu’Anne de Bretagne, puis François Ier ensuite seraient venus au Grand-Monarque : le domaine était digne de les recevoir.

N° 8 : Pharmacie  :

La route de Marsac-sur-Don n’existait pas , et  les bâtiments de l’actuelle pharmacie, avec les porte cochère et piétonne ne faisaient qu’un avec l’Hôtellerie du Grand-Monarque.

N° 9 : Aumônerie St Jean  :  

Cette ancienne aumônerie fondée au XIIe siècle à l’époque des croisades était destinée à accueillir des pèlerins, des voyageurs et des pauvres.

N° 10 : Eglise Saint Pierre  :

Construite en remplacement de l'église du Vieux-bourg, en schiste et tuffeau en 1869 à l’emplacement de marais, l’église St Pierre aux liens est de style roman.

N° 11 : La croix d'Ebeaupin  :

Croix implantée sur le chemin du cimetière. De grosses épines sont sculptées dans la pierre. Vers sa base le fût est orné d’un disque sculpté agrémenté d’une croix de Malte.

N° 12 :Jardin public :

Ce jardin aménagé dans un terrain autrefois dépendant du Domaine de La Touche (la route du Vieux-bourg n'existait pas) possède un cadran solaire géant en pierre de Nozay.

N° 13 : Fontaine St Joseph  : La Fontaine St Joseph possède un linteau  de pierre de Nozay évidé en anse de panier. . Par les années de sécheresse, on venait de très loin y puiser.

N° 14: Hangar palis  :

Des palis de pierre de Nozay servent pour habiller les murs. Les plus grand palis (ici longs de quatre mètres) servent également de piliers pour soutenir la charpente.

N° 15 : Château la Touche  :

Les communs du château de la Touche, du XVIIe siècle, servaient à loger les domestiques des propriétaires. Le château actuel est plus récent, bâti en tuffeau, en 1827.

N° 16 : Ruisseau Les Rochettes  : Le ruisseau des Hunières est formé du ruisseau de Jouvence et de celui des Rochettes. Le ruisseau de Jouvence passe sous la ville dans des buses.

N° 17 : Fontaine St Pierre :

Près de la Fontaine St Pierre, au VIème siècle, un ermite serait venu évangéliser Nozay. C’est le berceau de Nozay.

Un lavoir proche est alimenté par cette fontaine

N° 18 : Enclos du Vieux-Bourg  :

Cet édifice religieux commencé de construire avant l'époque de Charlemagne a été agrandi aux XIe, XIIIe et XVe siècles.

Au XVIe siècle des peintures murales ont été ajoutées. 


Un conseil : Cliquer sur les pages suivantes et les consulter en mode Plein-écran

N'hésitez-pas à revenir à l'index!