Ajouts du Patrimoine de la commune de Treffieux

Treffieux

21 Chapelle de Bégly

La famille Carmickaël construit vers 1820 le château et la chapelle privée;

Bégly est la déformation usuelle de Bailey, nom de la propriété écossaise de la famille Carmickaël, abandonnée deux générations plus tôt à la suite d'une guerre. Carmickaël, le constructeur du château, était marchand drapier à Nantes. Cette chapelle a un clocher-mur en schiste, une nef rectangulaire où sont ménagés un vitrail par mur latéral, un chevet plat auquel s'appente une sacristie sous un toit à deux pans. La chapelle, récemment ravalée, est en très bon état; des messes privées y sont encore dites de temps à autre. 

22 Manoir de la Fleuriais

L'ancien manoir de La Fleuriais appartient, à l'origine, à la famille de Vay, vassal des barons de Derval.  Le dernier descendant, Marie Gédéon Louis Pierre Henry de Vay, est exécuté à Nantes sous la Terreur. Le manoir devient ensuite la propriété successive des familles Bouteiller, Carmickaël de Baiglie et Chanteloup (Roger Plouay de Chanteloup vers 1900).  Ce manoir possédait autrefois des douves alimentées par une dérivation du Don, un étang, une fuie, un moulin et une chapelle privée.  Démoli peu de temps avant la grande guerre, les pierres vont servir à la construction de l'école primaire des garçons Sainte Jeanne d'Arc.

23 Gare Ferroviaire

Le 18 juillet 1879, la décision est prise de relier Châteaubriant à St Nazaire par une voie ferrée. Ces nouvelles lignes à voie unique sont apportées dans le département par le plan Freycinet. Elles sont construites par l’Etat Français et les Ponts et Chaussées. À partir de 1884, l’exploitation de la ligne est confiée à la Cie de l’Ouest qui ouvre le 18 mai 1885 la ligne de Montoir-de-Bretagne à St Vincent des Landes via Blain (73 Km), nommée Ligne St-Nazaire-Châteaubriant. Le 19 mai 1952 marque la fin des trains de voyageurs entre St Nazaire et Châteaubriant, celle de marchandises en 1979 entre Le Gâvre et St-Vincent-des-Landes.

24 Hydrographie

Le système hydrographique de la commune s’articule autour du cours d’eau du Don dont les divers affluents locaux sont en interaction avec 25 zones humides (couvrant un total de 126ha).

Le Don, affluent de Vilaine, traverse la commune dans sa partie centrale également d’Est en Ouest en décrivant de larges méandres dus à la faible déclivité.

Le réseau hydrographique naturel est peu important et se limite, en dehors du Don, à quelques ruisseaux au cours intermittent.

Le sud de la commune est occupé par une large dépression occupée par l’étang de Gruellau.

 

25 Enclos des Bordeaux

L’enclos curvilinéaire des Bordeaux, d’époque indéterminée. Les enclos circulaires, rattachés à la Protohistoire, présentent dans leur configuration la plus admise un fossé de forme circulaire qui englobe une surface pouvant aller de quelques mètres à plusieurs dizaines de mètres de diamètre.

La terre alors évacuée sert éventuellement à l'édification d'un tertre central et/ou d'un petit talus périphérique, élévation parfois renforcée par la présence d'éléments verticaux, tels que des pieux en bois ou des stèles en pierre.

Ce type de monument est généralement classé comme funéraire.

 

26 Entités Paysagères

Le territoire communal présente un paysage contrasté entre à la fois des ambiances fermées par des bois et des hameaux intimistes et des ambiances plus ouvertes, relatives aux parcelles cultivées.

§ Un paysage agricole ouvert à semi-ouvert avec des espaces plus ou moins vallonnés à vocation agricole caractérisés par de longues vues dégagées.

§ Une ponctuation de boisements mixtes et de taille variable. Plus ou moins

denses, ces bois limitent certaines vues et constituent des relais visuels dans le paysage ouvert. § Des espaces bâtis anciens plutôt dispersés.

 

27 Zones Humides

Un inventaire des zones humides a été mené en 2007, sur l’ensemble de la commune. Ainsi, 126 hectares de zones humides ont été recensés sur le territoire communal.

Il existe plusieurs typologies de zones humides différentes sur la commune, dont majoritairement des prairies humides, des prairies à joncs et des plans d’eau.

Les nombreuses zones humides sont à la fois diversifiées et leur densité est à même de présenter des réseaux fonctionnels.  Leur interaction avec le réseau hydrographique, en particulier au niveau des abords du Don et de l’étang de Gruellau, est un facteur important dans leur fonctionnalité écologique.

 

28 ZNIEFF de Gruellau

Etang artificiel ancien peu profond bordé de boisements divers et de landes humides, présentant d'intéressantes formations végétales, avec certaines plantes d'intérêt patrimonial.

Intéressante diversité faunistique et avifaunistique en particulier avec divers oiseaux nicheurs peu communs.

Site de stationnement d'intérêt départemental pour les oiseaux d'eau au cours des transits migratoire et durant l'hiver.

Un observatoire ornithologique a été mis en place. La gestion de la ripisylve et de la progression des saules, ainsi que la fermeture de la lande humide à éricacées serait à entreprendre.