Ajouts du Patrimoine de la commune de Nozay

Nozay

41 Transept nord de l’église

Servant de chapelle seigneuriale, le transept nord de l’église du Vieux-Bourg est construit au XVe siècle avec du schiste bleu en style gothique flamboyant.

Quelques décennies plus tard, ce transept s’enrichit de peintures murales illustrant les martyres de St Etienne et de St Blaise, et, dans un style roman, d’un saint abbé tenant dans ses mains un livre.

Saint Blaise, évêque, subit l’écorchement par un bourreau grimaçant, dans un panneau très coloré.

Un autre panneau, large, représente la lapidation de St Etienne par des lapidateurs en splendides costumes de l’époque de François Ier.

42 Notre Dame de Pitié

La chapelle de Limerdin renfermait une statue de Notre-Dame-de-Pitié, Pieta du 17ème siècle à l'expression émouvante. Elle est en bois polychrome, d'un seul tenant, bien qu'elle mesure près d'un mètre de haut. Le Christ a été déposé sur ses genoux, après la descente de la Croix. Elle élève le regard et les mains en un geste d'offrande. Elle était vénérée à la chapelle de Beaulieu. Quand cette chapelle fut démolie en 1837, la statue fut reléguée. Jules Rieffel, qui était en train d 'élever la chapelle de Limerdin, acquit la statue et la plaça dans cette nouvelle chapelle.

43 Château de la Pinsonnais

Le Château de la Pinsonnais comme le logis de la Grustière sont cachés dans une abondante végétation.

L’entrée du Château est flanquée de deux grands piliers en Pierre bleue.

Edifice de tuffeau, d’inspiration néo-gothique, notamment dans le traitement des lucarnes, le Château de la Pinsonnais est flanqué d’une échauguette.

Il remplace un ancien manoir dont il conserve certaines parties. À proximité du château se dressent une chapelle du XIXe siècle et la croix des Rochettes du XVIIe siècle. La famille de la Pinsonnais est mentionnée dès le XVIe siècle.

44 Manoirs de campagne 2

Le manoir des Grées était le siège de la châtellenie de Nozay, administrée dans la première moitié du XVIe s. par Pierre Pirault, au service de Jean de Laval de 1530 à 1534 comme secrétaire particulier. Restauré au XVIe s, il présente des additions du XVIIIe au nord, et sa remarquable tourelle avec un large escalier hélicoïdal en schiste.

. De l’ancien manoir de Créviac, il reste la tourelle quadrangulaire et son escalier droit, en pierre, du XVIIIe. Le manoir a été  agrandi en largeur à la fin du XVIIIe, début du XIXe. Créviac, domaine de 165 ha, a appartenu, aux XVIe,  XVIIe siècles à la branche des Simon de Créviac.

 

45 Manoirs de campagne 3

Le Manoir du Maire est construit ou agrandi  fin XVIe siècle avec la présence de meurtrières en schiste (apparaissant dans le dernier quart du XVIe siècle).

Le Manoir est rectangulaire, avec un escalier droit en schiste, dans un pavillon trapu, sur plan carré, éclairé de baies en schiste et meurtrières. Porte en schiste à linteaux accoladés, porte extérieure avec, au linteau, un écu, une lucarne en schiste à fronton, des baies avec chambranles, chanfreins et meneaux en pierre de Nozay. Le manoir de la Villatte pourrait remonter en partie au XVe, avec des linteaux en accolade de l’époque du rachat par Pierre Pirault en 1535.

46 Manoirs de campagne 4

Le manoir de Rosabonnet comprend deux corps de logis bâtis en équerre, avec tourelle octogonale à l’angle interne possédant une large porte à chambranles et linteau monolithes en schiste, et un escalier hélicoïdal, très large, en schiste.

Large porte au linteau orné d’accolades, fenêtre autrefois à meneaux croisés et Corniches de schiste avec quatre lucarnes en schiste.

Le manoir du Coudray est un ancien manoir du XVe, presque entièrement démoli et reconstruit vers 1830. Subsiste une tourelle cylindrique du XVIe, contenant un escalier hélicoïdal, et terminée par un colombier, avec un chien assis.

47 Relais de Poste

La « Bâtisse », en bordure de la Grand’route, incrustée dans le Parc de la Touche est un ancien relais de Poste du XVIIIe siècle.

Autre relais de Poste, celui de la famille Heureux jouissait, à la période de la Révolution d’une grande renommée. Toussaint Heureux, maître de Poste à Nozay, fut l’agent attitré du Nouveau Régime pour le canton, son rôle fut bénéfique car le secteur fut plutôt calme.

Napoléon III, venu à Nantes, lors de terribles inondations, s’arrêta à Nozay, au relais de poste à chevaux; il complimenta la famille Mary pour ses bons attelages et pour sa cuisine.

48 Hameau de Gâtine

Le hameau de la Gatine date du XVIII-XIXème siècle. Haute Gâtine est bâti sur la hauteur, Basse-Gâtine dans la dépression où coule le ruisseau de Mérel.

Sur les hauteurs du Plateau de Vay-Nozay où culminent les hauts du Creuset à 97 m d’altitude, se situe l’ancienne frairies de Gâtine. Ce beau village, bien restauré, avec ses maisons de Granit, qui affleure sur place, est largement fleuri.

Longtemps couvert de landes, ce secteur alterne grands espaces et petits bois, sources et chemins de faîtage. Les gâtines sont des régions formés de terrains pauvres ou peu fertiles, peu mis en valeur sur le plan agricole.

 

49 Autres Carrières

En dépassant le Vieux-Bourg, en direction de la Ville-au-Chef, et même plus loin, on découvrait encore autrefois, à droite et à gauche, de profondes carrières remplies d’eau sombre.

C’est là que fut extraite la « Pierre de Nozay », avec ses grandes dalles robustes et faciles à travailler, très employées alors, dans les constructions et leur donnant un caractère très local.

Les principales carrières de Nozay étaient situées près des villages de la Villatte, des Grées et de la Ville-au-chef. Il ne reste plus qu’une seule carrière en activité où les carriers ont totalement changé de méthode d’extraction.

50 Palis

Le paysage nozéen, est fortement marqué par l'usage du schiste, que l'on retrouve aussi sous forme de palis ou de croix , de calvaires, de tombes, de puits, de fours à pain ou même d'auges à cochons. L’intrusion d’un massif granitique a donné naissance, dans la région de Nozay, à un schiste plus compact et dans certaines carrières, a permis d'extraire des "palis" d'environ 7 m de long.

La véritable originalité du Pays de la Pierre bleue est le palis, pierre de schiste plate, plus ou moins grande, plus ou moins régulière, fichée en terre pour faire des clôtures, des enclos à cochons, des bergeries et des petits hangars.

51 Portail de la Touche

 Le Château de la Touche est accessible par deux  portails de construction plus ancienne. La porte d'entrée monumentale est faite pour frapper le visiteur qui la franchit. Elle est surmontée par une rangée de faux mâchicoulis uniquement ornementaux, qui symbolisent la puissance du seigneur des lieux.

Le portail est construit en tuffeau, matériau traditionnellement utilisé dans le Val de Loire.  L'ornementation est sobre et inspirée de l'antiquité. De fausses colonnes sont posées en légère saillie , le fronton est surmonté d'une niche de faîtage et le blason seigneurial rappelle le pouvoir aristocratique.

52 Arbres remarquables

André Guéry, membre de l'association A.R.B.R.E.S., horticulteur chevronné, a recherché, observé, photographié les beaux arbres de Nozay.

La synthèse de ses recherches à Nozay dévoile des arbres reconnus arbres remarquables de Loire-Atlantique comme le charme de la Pinsonnais ou le thuya géant de l'hôpital. D'autres spécimens, comme le pin noir de Rieffeland ou le chêne de la Ville-Foucré, et des arbres « exotiques » plantés au 19ème siècle dans les parcs des grandes propriétés de Nozay comme le catalpa de Grand-Jouan, le calocèdre du parc de l'hôtel de la Motte ou l’if à prunes de la Pinsonnais.

 

53 Autres Bois

Les Marais de Cétrais (38 hectares) sont un secteur, en grande partie boisé, qui profite régulièrement des échanges de gros gibier entre les forêts du Gâvre, de Saffré et de l’Arche … Chevreuils, Sangliers, mais aussi Cerfs et Biches à l’occasion. Il présente un intérêt évident en raison de la présence d’une tourbière.

Cette petite zone marécageuse de 6-8 hectares est actuellement colonisée par une saulaies-bétulaie en pleine expansion. La Molinie y est omniprésente, de même que la Callune, la Bourdaine, le Saule rampant …

Les odonates semblent y être particulièrement nombreux et variés.

54 ZNIEFF du ru de Cétrais

Zone diversifiée constituée d'espaces de landes et de pelouses sur affleurements rocheux, de vallons semi-boisés et d' un petit ruisseau d'eau courante.

Flore intéressante comprenant plusieurs plantes rares ou peu communes. Intéressante diversité faunistique (Oiseaux, reptiles, insectes...).

Le cours des ruisseaux de la Cétrais et de Sauzignac dans sa partie aval, abrite une ichthyofaune d'intérêt patrimonial pour le département dont certaines espèces, rares ou peu courantes pour le département, caractéristiques de ce type de cours d’eau et indicatrices d'un milieu aquatique de qualité en bon équilibre.

55 Notre Dame du Chêne

Au sommet du coteau, près du village de Rouans et de l’allée qui descend vers le Petit Perret se dresse un chêne qui abrite dans son tronc une statuette de la sainte vierge. Bien que le pèlerinage de ND du Chêne n’ait pas connu la célébrité ni les foules de son puissant voisin de Ste Anne de Beaulieu, les paroissiens de Nozay s’y rendaient en procession. A la Révolution, la Madone fut retirée de sa demeure et la tourmente passée elle fut remise à sa place. Une branche du chêne en tombant brisa la statue. Une autre la remplaça, due à la générosité d’une famille de Rouans, mise à l’abri dans une niche de bois posée sur le tronc.

56 Chapelle de Beaulieu

Beaulieu a une origine très ancienne.

La première trace de l’oratoire de Beaulieu apparaît en l’an 1026 : date de la fondation de l’abbaye bénédictine de St Gildas des Bois, dont les archives mentionnent le don de celui-ci aux moines de l’abbaye naissante. Une foire se tenait autour de la chapelle qui conserva une grande importance. Après la Révolution, l’oratoire et ses dépendances furent vendus comme Biens Nationaux, et en 1791, Toussaint Heureux, maître des Postes à Nozay, en devient propriétaire. En 1837, M. Athénas, le nouveau propriétaire fit démolir la chapelle pour élever le château de Beaulieu