Ajouts Patrimoine de la commune d'Abbaretz

Abbaretz

29 Domaine de la Rivière 

Propriété des seigneurs de Châteaubriant, cette seigneurie passe en 1438 entre les mains de Charles de Montfort puis de la famille Montmorency.

Ces Montmorency, officiers dans les armées du roi, sont seigneurs de La Rivière, de Montjonnet et de la Touche.

Ils s'allieront aux de Cornulier, de Carcado et de Molac. Le domaine est cédé plus tard au sieur Richard, lieutenant du présidial de Nantes (à la fin de l'Ancien Régime). Cette ancienne châtellenie comportait jadis plusieurs métairies, un étang, un bois, une fuie et une chapelle privée

30 Gare ferroviaire

La gare d'Abbaretz est une gare ferroviaire de la ligne de Nantes-Orléans à Châteaubriant. Construite par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans, la gare d'Abbaretz est mise en service le 23 décembre 1877 lors de l'inauguration de la ligne de Nantes à Châteaubriant. Elle est fermée en 1980 par la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) et rouverte en 2014, grâce à la réactivation de la ligne parcourue par des tram-train du TER Pays de la Loire. Dans le cadre de la réouverture de la ligne qui eut lieu le 28 février 2014, la gare a été réaménagée à proximité de l'ancien bâtiment devenu maison d'habitation.

31 Tombeaux mérovingiens

À la fin du XIXe siècle, ont été détruits  des tombeaux par un agriculteur de Montjounet. Mais c'est surtout au bourg d'Abbaretz qu'abondent ces vieilles sépultures ; depuis l'église paroissiale jusqu'à la chapelle Saint Symphorien, sur près de 200 mètres. Quand on reconstruisit l'église, on rencontra beaucoup de ces cercueils antiques. Ils sont invariablement composés de six pierres d'ardoise : quatre d'environ 1m60 de long, formant les quatre côtés de la bière, et deux petites fermant les extrémités. Léon Maître  a signalé de semblables sépultures à Carquefou et Plessé et les pense contemporaines des derniers mérovingiens.

 

32 Bois de la Mine

L'exploitation minière ayant cessé seulement fin des années 50, les habitats naturels ont mis du temps à se restaurer ou à s'installer. Néanmoins, quelques espèces floristiques intéressantes ont été recensées dont neuf types de fougères -telles que l'osmonde royale, mais aussi le chêne des Pyrénées ou encore le sorbier des oiseleurs. 28 espèces d'oiseaux (sur 41 recensées) nichent sur le site. On recense par ailleurs 39 espèces d’insectes(1bourdon peu répandu dans l’Ouest de la France :Bombus hypnorum), des lézards (lézard vert, lézard des murailles), plusieurs espèces d'amphibiens dont la grenouille agile et le triton marbré.

 

33 Ruisseaux d’Abbaretz

La commune est parcourue par un ensemble de ruisseaux qui découpent le plateau.    Au nord, le ruisseau du Paradel et celui de la Deneuzerie  rejoignent celui de Sauzignac, limite avec Treffieux.

À l’ouest, le ruisseau de la Mare de l’Aune est un exutoire du site de l’ancienne mine d’étain. Au sud, les ruisseaux de l’Estival et de l’Isac se rejoignent et sont en contact avec le Grand réservoir de Vioreau par un petit canal d’amenée. À  l’est, le ruisseau de la Jahotière se jette dans celui de la Hazardière.

Celui-ci  marque la limite avec la Meilleraye-de-Bretagne en alimentant l’étang de Vioreau.

34 Forêt de Vioreau

Vaste ensemble comprenant un massif forestier étendu constitué de futaies de feuillus ou mixtes, de zones de reboisement de conifères avec divers types de landes et plusieurs étangs. 

Cette forêt abrite une avifaune nicheuse particulièrement intéressante avec certaines espèces d'oiseaux rares et localisés dans notre région (rapaces, pics, passereaux sylvicoles).

Végétations forestières typiques avec de belles zones de chênaies accompagnée d'une flore intéressante en sous bois. Riche flore mycologique, avec plusieurs champignons rares.

35 « Château » du Bois-Vert

Au Bois Vert une structure en terre, en forme de fer à cheval (diam. 50 m sur 30 m) avec talus (haut. 7 m) et fossé doit être mise en relation avec un gisement de Cassitérite (bioxyde d’étain).

La présence de combustible (Charbon de bois) au sein de la structure indique une destination métallurgique, sans savoir s'il s'agissait d'une métallurgie de l'étain ou du fer. D'abords magasins fortifiés et peut-être habitat des mineurs, ces buttes ont pu être employées à d'autres usages industriels d'abord, puis de siècles en siècles militaires . Chaque occupation ayant pu détruire les traces de la précédente. 

 

36 Buttes du Château 

Les Buttes du Château, près du bourg d’Abbaretz, au NO étaient décrites, en 1895 par Eugène Orieux comme les restes de travaux en terre sur une grande étendue, avec de grandes douves.

Charles Bruneau en 1904 indique : au nord du bourg sont encore visibles d’anciens retranchements en terre.

Guillotin de Corson, dans sa monographie sur Abbaretz, en 1898 s’interroge sur la présence, à Abbaretz,  d’un Châtellier paroissial entouré de fortifications en terre. Mais il signale qu'un châtellier industriel semble tout voisin aux buttes du Château.