Diagnostic Archéologique Parc L'Oseraye INRAP 2015

Carte capturée sur le site : https://www.geoportail.gouv.fr/ avec un carton extrait du rapport de fouilles de l'INRAP.

Extraits du rapport de fouilles du Parc d’activités de l’Oseraye

Tranche 1 La Grigonnais / Nozay / Puceul.        

Auteur : Prêtre Karine,         Autres auteurs : Le Guévellou Roland,  Richard Jean-Marc , Thébaud Sébastien,  Villevieille Julien.

Edition Cesson-Sévigné : Inrap GO, 2015

 

Notice scientifique extraite de la  page 9 du rapport                                     

 

Réalisée dans le cadre de l’extension du parc d’activité de l’Oseraye tranche 1, l’opération de diagnostic archéologique a permis d’explorer une surface de près de 29,5 hectares.

La zone d’étude est localisée en partie nord-ouest de la commune de Puceul, à la limite des communes de La Grigonnais et de Nozay, sur des terres agricoles et de pâturages bordant la 4 voies Nantes-Rennes.

Les 332 sondages archéologiques ont permis la découverte de 5 indices de site, trois indices d’occupations protohistoriques, un indice du premier Moyen Âge et un indice non daté.

L’occupation protohistorique débute par la présence de deux fosses de l’Âge du Bronze ayant livré du mobilier céramique. Cet indice se situe sur un des points hauts du diagnostic.

La seconde zone d’occupation protohistorique concerne un ensemble de trois fosses ayant livré un mobilier céramique relativement abondant et varié comme des fragments de plaques de foyer et de peson en terre cuite.

 

Ces éléments sont assez caractéristiques de contexte d’habitat principalement sur les habitats de La Tène ancienne à La Tène finale.

Le troisième indice concerne une petite série de fosses très arasées qui ont livré quelques tessons pouvant être attribués à la période.

Dans tous les cas, aucun autre vestige n’a été mis au jour à proximité directe de l’ensemble des fosses de rejet.

De manière anecdotique des tessons de facture protohistorique ont été retrouvés dans des couches superficielles lors de l’ouverture de tranchées sans qu’aucune structure ne soit mise en relation. L’ensemble de ces indices sont dispersés dans l’espace exploré.

L’indice de site le plus important concerne la période du haut Moyen Âge représentée par un ensemble de six fosses et d’un parcellaire associé.

L’essentiel des fragments est issu de ces structures en creux qui n’ont pu être testées en raison de la remontée quasi-immédiate de la nappe phréatique.

La céramique récoltée provient exclusivement des comblements supérieurs.

Il s’agit de pâtes très sableuses à granuleuse caractéristiques du haut Moyen Âge qui permettent de proposer une datation centrée sur les VIIe-VIIIe siècle.

Enfin, une série de fosses et de trous de poteaux peut être rattachée à la présence d’un petit bâtiment. La fouille manuelle des structures a permis de récolter des fragments de terres cuites et de scories tout en déplorant l’absence de mobilier datant.

Ces artefacts peuvent correspondre aux lambeaux d’une éventuelle activité artisanale.

Relativement limités dans l’espace, ces différents indices attestent d’installations anthropiques plutôt ténues qui ont l’avantage de mettre en lumière le potentiel archéologique d’un terroir encore largement méconnu.

 

3. Synthèse

Le diagnostic du parc d’activité de l’Oseraye sur la commune de Puceul se révèle positif avec trois indices d’occupations protohistoriques, un indice du premier Moyen Âge et un indice non daté.

L’occupation protohistorique débute par la présence de deux fosses de l’Âge du Bronze ayant livré du mobilier céramique. Cette occupation se situe sur un des points hauts du diagnostic.

La seconde zone d’occupation protohistorique concerne un ensemble de trois fosses ayant livré un mobilier céramique relativement abondant et varié comme des fragments de plaques de foyer et de peson en terre cuite.

Ces éléments sont assez caractéristiques de contexte d’habitat principalement sur les habitats de La Tène ancienne à La Tène finale. Le troisième indice concerne une petite série de fosses très arasées qui ont livré quelques tessons pouvant être attribués à la période.

Dans les tous cas, aucun autre vestige n’a été mis au jour à proximité directe de ces fosses de rejet. De manière anecdotique des tessons de facture protohistorique ont été retrouvés dans des couches superficielles lors de l’ouverture de tranchées sans qu’aucune structure ne soit mise en relation.

La présence humaine à l’époque antique est très ténue voire superficielle puisqu’un seul tronçon de fossé est attribué à cette période.

L’indice de site le plus important concerne la période du haut Moyen Âge représentée par une série de six fosses et d’un parcellaire associé. L’essentiel des fragments sont issus des ces structures en creux qui n’ont pu être testées en raison de la remontée quasi-immédiate de la nappe phréatique.

La céramique récoltée provient exclusivement des comblements supérieurs. Il s’agit de pâtes très sableuses à granuleuse caractéristiques du haut Moyen Âge qui permettent de proposer une datation centrée sur les VIIe-VIIIe siècle.

D’autre part une fosse-foyer isolée a été mise au jour en contrebas des tranchées ayant révélé l’indice médiéval. Cette structure de chauffe présente une importante rubéfaction homogène sur l’ensemble de son creusement. La fouille manuelle de la structure n’a pas permis de recueillir de mobilier datant.

Il est néanmoins assez tentant de rattacher chronologiquement cette fosse-foyer à l’indice d’occupation du premier Moyen Âge.

Relativement limités dans l’espace, ces différents indices attestent d’installations anthropiques plutôt ténues ou diffuses dans l’espace. Leur découverte permet de mettre en lumière le potentiel archéologique d’un terroir encore largement méconnu et d’inciter à la vigilance concernant les futurs projets d’aménagement.

Prêtre Karine,  Le Guévellou Roland,  Richard Jean-Marc,  Thébaud Sébastien,  Villevieille Julien Parc d'Activités de l'Oseraye, Tranche 1 :  rapport de diagnostic

La Grigonnais, Nozay, Puceul (Loire-Atlantique),

Edition Cesson-Sévigné : Inrap GO, 2015