Traditions et Environnement Moisdon-la-Rivière

Ouest-France 12 12 2013           Tradition et environnement publie un second ouvrage

Après le succès de Regards sur Moisdon publié en 2010, les membres de l'association Tradition et environnement se sont remis au travail et un nouvel ouvrage va voir le jour en cette fin d'année 2013.

« La démarche est la même que pour le document précédent : plusieurs auteurs ont écrit sur des thèmes de leur choix.

Aucune contrainte sur une quelconque période historique n'a été imposée et une large place est laissée aux documents photographiques », explique René Roul, un des coordonnateurs du projet.

Le but étant de réaliser un beau livre qui va intéresser les Moisdonnais et les amateurs d'histoire locale.

Parmi les rédacteurs on retrouve l'écrivain Gilbert Mercier qui s'est fendu d'un « petit dictionnaire moisdonnais ». Jacques Yziquel, l'ancien percepteur, nous raconte l'assassinat du... percepteur en 1860 ! Jean-René Lalloué fait revivre le petit train qui circula de 1938 à 1942. Les groupes musicaux Les Sylvains et Courants d'air sont évoqués par les soins de Loïc Bourdel et Jean-Marc Lépicier...

Trois médecins en 1925

Pierre Delaunay fait découvrir la passion de sa tante Germaine Boulay pour la photographie, entre les deux guerres.

Elle était la gouvernante du docteur Lebeaupin qui vivait au prieuré.

En 1925, le docteur Bernier et le docteur Bourigault (à la Rivière Péan) exerçaient également la médecine.

L'hydravion qui a fait la renommée de la commune dans les années 60, la fameuse kermesse de Charles IX en 1949, les morts de la Grande Guerre sont parmi les thèmes traités dans ce livre.

On y trouve de nombreuses photos, dont beaucoup sont l'oeuvre de Marcel Roul.

L'école, les conscrits, les footballeurs d'antan y figurent en bonne place.

Ces nouveaux Regards sur Moisdon sont déjà attendus avec impatience dans les chaumières !

À partir du samedi 14 décembre, l'ouvrage sera mis en vente lors du marché de Noël des commerçants et artisans locaux. Lancement à la maison ancienne à colombages située place de l'église et rebaptisée mystérieusement « La Gruge », lieu incertain à découvrir pour l'occasion (9 h - 13 h). Ensuite on pourra le trouver Chez Gaëlle et à la Maison de la Presse à Châteaubriant (prix : 20 €).

 

Ecrit le 13 avril 2011  La Mée  Ne cachez pas le Prieuré Moisdon

L’association « Tradition et Environnement » proteste contre les aménagements en cours au centre-bourg de Moisdon. Sur la photo on voit, de gauche à droite : l’église du XIe siècle, le prieuré (débarrassé des baraquements qui l’enlaidissaient), la bibliothèque (aménagée dans une maison ancienne), et une maison à colombages.

Mais voilà que la Com’Com’ veut agrandir la bibliothèque. Louable initiative ! Il aurait été possible, pour cela, d’investir le Prieuré. Mais non : un bâtiment moderne, bardé de bois, est en construction, masquant les deux tiers de la façade du Prieuré. Dès janvier 2010, l’association a exprimé son point de vue. Les responsables de la Com’ Com’ ont répondu : « Nous vous tiendrons informés ». Mais d’information … point !

Un appel d’offres a été passé portant en titre : « Aménagement du Manoir de la Renaudière au Petit Auverné » et parlant, comme incidemment, de la bibliothèque de Moisdon. Les membres de l’association ne l’ont donc pas repéré.

Le permis de construire a été accordé en février 2010, les travaux sont commencés, le Prieuré est caché avec un mur de plus de 3 m de haut. L’association a saisi le Préfet, celui-ci a répondu que « antérieu-rement la parcelle était enclose et le rez de chaussée masqué depuis l’espace public. Cette logique d’organisation urbaine a été reprise dans le projet ». Donc, voilà, rien à faire. Passez votre chemin ! René Roul, de Moisdon, et les membres de l’association ne comprennent pas : à Châteaubriant le maire Alain Hunault veut démolir les bâtiments qui cachent les remparts du château depuis quelque 200 ans. Et à Moisdon, le Président de la Com’ Com’, un certain Hunault Alain, veut cacher le Prieuré que les habitants ont eu plaisir à redécouvrir et qui constitue le point fort du patrimoine historique de la commune ?

Allons ! Allons plus loin : il va falloir un parking pour le centre de Moisdon, et tout près de la bibliothèque, ce serait bien ! Et si on détruisait le Prieuré ? Après tout, ce ne sont que des vieilles pierres, et puis on ne les voit quasiment plus ! Le modernisme est en marche !