Association Sauvegarde Tour Saint-Clair Derval

Ouest-France 18 02 2017

Malo Lemée fait parler les pierres de Saint-Clair

Dernier vestige des guerres de Religion, la Tour Saint-Clair va faire l'objet de fouilles approfondies entamées par un étudiant en archéologie médiévale.

L'initiative Malo Lemée, un jeune étudiant en Master 2 d'archéologie médiévale à l'université de Rennes, consacre actuellement deux semaines à la Tour Saint-Clair.

Après les séances de débroussaillage pilotées cet hiver, par l'Association de sauvegarde de la tour, avec le soutien des services techniques de la commune, le site dégagé permet de voir plus clair.

Aucune documentation écrite

Accompagné de collègues étudiants, comme lui, en études d'archéologie, Malo et son équipe réalisent un relevé microtopographique des lieux.

Le but est d'arriver à dissocier les nombreux monticules au sol, entre les tas de pierres entassés en carrière, et les restes des fondations du château. Le tout recouvert de terre et de végétation.

 

L'ancienne forteresse des Marches de Bretagne a été victime des aléas de l'histoire.

Assiégée au temps des guerres de Religion, elle a été condamnée à la démolition par l'Édit de Nantes (1598).

Elle servira ensuite de carrière pour construire maisons et routes.

Par miracle, une des tours, vraisemblablement l'ancien donjon, continue à défier le temps.

« Le site historique n'a jamais fait l'objet de fouilles, c'est une chance.

D'autant que les techniques archéologiques ont beaucoup évolué ces vingt à trente dernières années.

Il représente vraiment un potentiel intéressant, souligne le jeune étudiant passionné.

On part de rien. Tout est à faire puisqu'on ne peut s'appuyer sur aucune documentation écrite. »

 

Il n'existe en effet aucun plan précis du château, hormis celui réalisé à partir d'une enluminure datée du milieu XVe. « On ne peut pas vraiment s'y fier, d'autant qu'on part d'une oeuvre artistique.

Les relevés vont nous permettre d'obtenir un plan du château et arriver à le replacer dans son environnement. Toutes les données recueillies sur place, vont être finement analysées pour être le plus précis possible selon des critères reconnus en archéologie. On va faire parler les pierres...! »

Mardi 21 février, Malo Lemée, présentera son mémoire et l'avancée de ses recherches archéologiques sur le site de la Tour Saint-Clair, à 20 h, salle 1A Bon Accueil, place Bon-Accueil. Gratuit.

Contact. Tél. 06 22 68 52 27.

 

L'éclaireur 13 octobre 2016

Tour Saint-Clair : appel aux défricheurs d’Histoire !

Pour la mise en valeur des vestiges du château, la mairie dervalaise et l'association de Sauvegarde de la Tour St-Clair organisent une journée environnement et patrimoine.

Haro à l’envahisseur ! Samedi 22 octobre, les amoureux de la nature et du patrimoine sont invités à rejoindre les rangs des défricheurs d’Histoire, pour couper ronces, lierre et végétation basse qui encombrent le site de la Tour Saint-Clair : c’est-à-dire les vestiges de l’ancien château des Marches de Bretagne, à Derval.

Armés de sécateurs, scies à main ou faucilles et huile de coude, ces volontaires feront le siège des ruines… pour la bonne cause.

Un site encore inexploré Si beaucoup connaissent de nom la Tour Saint-Clair, peu de Dervalais imaginent que, route de Mouais, sous le couvert végétal, gît la trace d’une forteresse de plusieurs siècles qui a tenu un siège.

De cette forteresse, on sait peu de chose : quelques mentions historiques, une enluminure…

L’Histoire a oublié ou presque ce maillon essentiel de la chaîne de fortification, élevée entre la France et la Bretagne.

C’est contre l’oubli que lutte l’association de Sauvegarde de la Tour Saint-Clair et pour la promotion culturelle de Derval.

Créée dans les années 90, cette association œuvre depuis pour mettre en lumière ce site inexploré.

La propriété, devenue communale en 1991, a été mise en valeur et l’on peut faire le tour du site de façon sécurisée grâce à un chemin entretenu par les agents communaux.

Mais jamais aucunes fouilles archéologiques n’ont été encore entreprises en ces lieux.

Depuis un an maintenant, les services de la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) ont nommé un étudiant de l’université de Rennes 2 pour étudier le château de Derval.

Malo Lemé s’est penché, pendant sa première année de Master, sur tous les écrits qui mentionnent le château. Pour sa deuxième année de recherche, il doit mener des investigations pour trouver les fondations de la forteresse et lui donner une physionomie.

Rendez-vous pour défricher le 22 octobre

Mais au préalable, une dévégétalisation massive doit être effectuée pour faciliter son intervention.

« C’est dans le cadre d’un partenariat entre Malo, l’association et la mairie qui est propriétaire du site que s’inscrit cette journée environnement et patrimoine. On souhaite mobiliser très largement familles, bénévoles d’associations dervalaises, amoureux de la nature et du patrimoine.

C’est un héritage que l’on a tous à partager, que l’on doit tous préserver », explique Tanguy Louvel, président de l’association.

Pratique. Journée environnement et patrimoine samedi 22 octobre, de 10 h à 16 h. Ouverte aux familles, bénévoles, volontaires, jeunes et moins jeunes. Animation pour les enfants. Apporter son pique-nique,